Antoinette dans les Cévennes : Caroline Vignal prolonge l’été !

« L’amour existe ! » signe Caroline Vignal avec Antoinette dans les Cévennes, qui met en scène Laure Calamy, Benjamin Lavernhe et Olivia Côte dans une comédie sentimentale itinérante. En Sélection officielle au Festival de Cannes 2020, le deuxième film de la cinéaste, après Les autres filles en 2000, sort en salles en France le 16 septembre. Chaleureusement accueilli au Festival Francophone d’Angoulême, il prolonge l’été avec délice.


Des mois qu’Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir - seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l'accompagner dans son singulier périple…


C’est d’abord l’envie de filmer les paysages sauvages des Cévennes, ses lumières, ses ambiances, ses habitants qui nous vaut cette échappée belle sur le GR70. C’est aussi la rencontre de la réalisatrice française avec le récit de voyage de Robert Louis Stevenson « Voyage avec un âne dans les Cévennes », histoire d’amour enchâssée dans l’histoire d’amour du film et éloge de la marche, car comme le lit Antoinette à la mi-temps du film et de son parcours initiatique : « Nous sommes tous des voyageurs dans le désert de ce monde. Et tous aussi, des voyageurs avec un âne... »


Celui d’Antoinette met sa patience à rude épreuve. L’institutrice qui promène ses tenues inappropriées et son histoire adultère comme autant de bourdes sous les yeux des autres randonneurs, se bat contre l’indolence de son compagnon de route jusqu’à ce qu’elle réalise qu’il avance plus volontiers au son de sa voix. Alors la marche devient confession, le chemin, exploration de soi, et le quadrupède : ce psy aux grandes oreilles sur lequel opère un transfert drolatique et touchant.


« Une comédie rafraîchissante, et très drôle (…) portée par une Laure Calamy bouillonnante, irrésistible de loufoquerie. » Le Figaro


En traitant les tribulations désespérées de son anti-héroïne sur le mode humoristique, Caroline Vignal filme avec nuance et tendresse un cheminement intérieur au fil des sentiers et des rencontres, et offre son premier rôle de cinéma à l’irrésistible Laure Calamy, révélée par la série Dix pour cent.



281 vues

FESTIVAL DE CANNES

|   Réalisation : Festival de Cannes. Created with Wix.com