Les Choses qu’on dit, les Choses qu’on fait : Emmanuel Mouret et ses acteurs en état de grâce

Vincent Macaigne, Camélia Jordana, Niels Schneider, Emilie Dequenne, Jenna Thiam, Guillaume Gouix, c’est une distribution de choix qui porte la nouvelle fresque sentimentale d’Emmanuel Mouret, à découvrir sur les écrans français à partir du 16 septembre. « Des actrices et acteurs en état de grâce », comme le soulignait le comité de Sélection de Cannes 2020 en juin dernier, et un réalisateur qui maîtrise de mieux en mieux « la carte du Tendre ».



Daphné, enceinte de trois mois, est en vacances à la campagne avec son compagnon François. Il doit s’absenter pour son travail et elle se retrouve seule pour accueillir Maxime, son cousin qu’elle n’avait jamais rencontré. Pendant quatre jours, tandis qu'ils attendent le retour de François, Daphné et Maxime font petit à petit connaissance et se confient des récits de plus en plus intimes sur leurs histoires d'amour présentes et passées...


L’art d’aimer est un sujet d’inspiration inépuisable pour Emmanuel Mouret qui nous en offre une nouvelle variation avec Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait. Dès le titre, le film s’annonce comme une ode à notre inconstance. Bien sûr, il y a ce qu’on pense, ce qu’on dit, ce qu’on aimerait être, et puis, il y a ce qu’on fait. Dans cet écart, il y a l’humain tout entier, que le réalisateur regarde avec une indulgence héritée de Montaigne puisque : « Nous n’allons pas : on nous emporte. Nous flottons entre divers avis, nous ne voulons rien librement, rien absolument, rien constamment ».

En composant une symphonie où se répondent des histoires légères et des histoires graves, le réalisateur de Mademoiselle de Jonquières, épouse les sentiments, les opinions et les conflits intérieurs de chacun de ses personnages, et nous donne une nouvelle fois à réfléchir sur le désir contraint par la morale et la société, avec toute la délicatesse et la virtuosité qu’on lui connaît.

Présenté en avant-première au Festival Francophone d’Angoulême, le film séduit déjà la critique : « Les dialogues brillants de Mouret et sa mise en scène virtuose de délicatesse font écho à la retenue de ses comédiens. » Première.



345 vues

FESTIVAL DE CANNES

|   Réalisation : Festival de Cannes. Created with Wix.com